Vitesse des transports en commun STIB en service voyageurs ventilée par type de véhicule

DÉVELOPPEMENT DES TRANSPORTS COLLECTIFS

Cet indicateur représente la vitesse moyenne des différents modes de transport de la STIB (métro, tram et bus) en Région de Bruxelles-Capitale en service voyageur, c’est-à-dire lorsque les clients sont à bord (les autres trajets tels que le retour au dépôt sont exclus). Lorsque cette vitesse moyenne est effectivement mesurée sur le terrain, on parle de vitesse client. Lorsqu’il s’agit d’une vitesse moyenne théorique basée sur des horaires, on parle de vitesse commerciale planifiée (ex. : vitesse commerciale planifiée en service d’hiver). Ces deux types de vitesse s’expriment en kilomètre par heure. La vitesse des transports en commun donne une idée de la performance du réseau, du point de vue de l’usager, au travers de la rapidité avec laquelle un déplacement pourra être effectué. Elle donne donc une indication de l’attractivité des transports en commun.

What are the challenges in the Brussels-Capital Region ?

La Région bruxelloise s’est fixée comme ambition de réduire la pression automobile, notamment en encourageant le transfert modal vers les transports publics de la STIB. Afin de parvenir à un tel objectif, la qualité de service offerte par la STIB doit s’améliorer. Cela passe, notamment, par l’augmentation de la vitesse client offerte par ce service.

De nombreux investissements (sites propres, feux prioritaires) ont déjà été consentis afin d’améliorer la vitesse des véhicules de la STIB mais les résultats ne sont pas toujours au rendez-vous, notamment pour les véhicules de surface durant les heures de pointe. En effet, les bus et les trams sont régulièrement bloqués au milieu de la congestion automobile. Ceci s’explique par les nombreux endroits qui subsistent où la circulation est difficile et par le manque de priorité des transports publics aux carrefours à feux complexes (LEBRUN K. et al., 2013).

L’amélioration de la vitesse des transports collectifs a une influence sur leur attractivité mais également sur le coût d’exploitation pour l’opérateur STIB. En effet, une vitesse moyenne plus faible contraint la STIB à mettre plus de véhicules sur le réseau afin de garantir un niveau de service équivalent, ce qui représente un surcoût important.

La Région étant responsable de la fluidité du trafic de surface, le surcoût engendré par une diminution de la vitesse client (tram/bus) est partiellement pris en charge par celle-ci via un mécanisme de compensation précisé dans le contrat de gestion. De même, lorsque la vitesse client augmente, les gains sont alors partiellement répercutés sur la dotation de la STIB via une diminution de celle-ci.

Targets set by the region

• Pour les modes tram et bus, contrat de gestion de la STIB 2013-2017 :
o Atteindre une vitesse client moyenne calculée sur toute la journée de plus de 20 km/h pour toutes les lignes prioritaires de surface (Chrono et lignes 49 et 94 Sud) en 2017 (STIB, 2013, p 96) ;
o Atteindre une vitesse client moyenne calculée sur toute la journée de plus de 15 km/h pour les autres lignes (STIB, 2013, p 96).
• Il n’y a pas d’objectif chiffré pour le mode métro.

Calculation method and interest

Pour les trams et les bus, la vitesse client moyenne est égale à la somme des distances de trajet théoriques planifiées en service voyageur divisée par la somme des temps de parcours réels du trajet, en ce compris les temps d’immobilisation du véhicule en service, pour l’année considérée. Pour cela, les données du SAE (système d’aide à l’exploitation, embarqué à l’intérieur des véhicules) sont exploitées. Afin de ne pas prendre en compte des vitesses aberrantes parfois enregistrées par le SAE, les vitesses extrêmes (10% des vitesses les plus basses et 10% des vitesses les plus élevées) ne sont pas comptabilisées dans le calcul de la vitesse client moyenne.

Cet indicateur rend compte de la variation de la vitesse moyenne en service voyageur des véhicules d’année en année et témoigne ainsi de l’évolution de la densité du trafic en Région de Bruxelles-Capitale.

Concernant le métro, étant donné que celui-ci n’est pas soumis à la congestion et aux variations saisonnières, il n’y a pas de mesure de la vitesse client. C’est donc la vitesse commerciale planifiée en service hiver (vitesse moyenne pondérée sur une semaine typique – lundi à dimanche – en fin d’année) qui est utilisée.

Comments on methodology or interpretation

La vitesse client ainsi que la vitesse commerciale planifiée sont toutes deux influencées par le niveau de fréquentation du réseau de la STIB. En effet, plus le nombre de voyageurs est important, plus les temps d’immobilisation aux arrêts augmentent pour laisser les voyageurs monter et descendre des véhicules.

Bibliography

STIB. Contrat de gestion entre la Région de Bruxelles-Capitale et la société des Transports Intercommunaux de Bruxelles 2013-2017. STIB, 2013. ISBN:
Lebrun K., Hubert M., Huynen Ph., De Witte A., Macharis C.. Les pratiques de déplacement à Bruxelles. Cahiers de l’Observatoire de la mobilité de la Région de Bruxelles-Capitale. Bruxelles Mobilité, 2013. ISBN:
Bruxelles Mobilité. Plan de mobilité Région de Bruxelles-Capitale. Bruxelles Mobilité, 2011. ISBN: