Parc de véhicules ventilé par type et carburant

POLLUTION ATMOSPHÉRIQUE ET CONSOMMATION D’ÉNERGIE

Cet indicateur donne un aperçu du volume de véhicules immatriculés en Région de Bruxelles-Capitale sur l’année selon le type de véhicule et le carburant, quelle que soit leur année de mise en circulation. Les différents types de véhicules concernés sont : - Les véhicules particuliers (« VP »), y compris véhicules de société et de corps diplomatiques - Les véhicules utilitaires légers (« VUL ») : véhicules de moins de 3,5 tonnes voués au transport de marchandises ; - Les camions (plus de 3,5 tonnes) ; - Les autobus et les autocars, destinés au transport de passagers ; - Les deux-roues motorisés (2 ou 4 temps). Les catégories de carburant sont l’essence, le diesel, le gaz (gaz de pétrole liquéfié, « LPF », ou gaz naturel compressé, « CNG ») et l’électricité. Les véhicules hybrides constituent également, depuis peu, une catégorie à part entière.

What are the challenges in the Brussels-Capital Region ?

Le fait de posséder au moins un véhicule favorise son utilisation et donc entraîne davantage de trafic. Cela pose également des difficultés en matière de gestion de l’espace dédié au stationnement.

De plus, le trafic de véhicules motorisés constitue une source majeure d’émissions de polluants atmosphériques et contribue à augmenter l’effet de serre. En outre, le trafic routier occupe la première place des nuisances sonores générées par les transports. Son impact en Région bruxelloise concerne la majeure partie du territoire compte tenu de la densité des voiries. Dans certaines zones, les impacts sonores et sur la pollution sont tels qu’ils sont nuisibles à la santé des riverains.

Pour ces raisons, la Région bruxelloise s’est engagée, d’une part, à réduire le volume de véhicules en circulation notamment en encourageant un usage plus maîtrisé et rationnel du véhicule personnel et, d’autre part, à inciter au renouvellement de ce parc pour que celui-ci soit moins polluant, bruyant et consommateur de carburant.

Depuis le 1er janvier 2018, la Région de Bruxelles-Capitale a mis en place une zone de basses émissions (en anglais : Low Emission Zone ou LEZ) qui couvre tout le territoire de la Région. Le but est d’interdire progressivement l’accès à la ville aux véhicules (véhicules particuliers, véhicules utilitaires légers, bus et autocars) les plus polluants. Ce sont surtout les véhicules diesel qui sont visés. A partir de 2025, tous les véhicules diesel qui ne sont pas au moins à la norme Euro 6 seront interdits d’accès. A cette même date, les véhicules fonctionnant à l’essence devront au moins disposer de la norme Euro 3. Indépendamment du type de motorisation, les motos et les cyclomoteurs peuvent circuler dans la zone de basses émissions.

Le suivi du parc de véhicules utilitaires, des bus et des autocars est aussi nécessaire dans la mesure où il est le reflet de la santé d’une partie de l’activité économique (commerce, tertiaire administratif, industrie, transport de marchandises, construction et transport de personnes) et peut engendrer des problématiques spécifiques en matière de pollution atmosphérique, livraison et stationnement.

Targets set by the region

Il n’y a pas d’objectif chiffré pour cet indicateur.

Calculation method and interest

Les données sur les véhicules sont issues de la banque de données administratives de la Direction pour l’Immatriculation des Véhicules (DIV) du Service public fédéral Mobilité et Transports. Les données sont disponibles par catégorie de véhicule, par nature de carburant utilisé, par marque, par classe de cylindrée et selon l’âge du véhicule.

De manière à tenir compte de la population résidente dans la Région de Bruxelles-Capitale, le parc de véhicules particuliers (deux-roues inclus) est exprimé en nombre de véhicules par 1000 habitants.

Cet indicateur est utile pour observer l’évolution, année après année, du parc de véhicules en Région bruxelloise. Il est également utilisé pour estimer les émissions de polluants atmosphériques dues au transport et réaliser le cadastre du bruit en Région de Bruxelles-Capitale (directives européennes 2008/50, 2016/2284/CE et 2002/49/CE).

Comments on methodology or interpretation

Tout d’abord, le parc de véhicules particulier immatriculés en Région de Bruxelles-Capitale est surestimé « car il inclut l’ensemble des véhicules de société qui sont immatriculés à Bruxelles, alors que seule une partie de ceux-ci sont effectivement possédés par des résidents bruxellois » (LEBRUN K. et al., 2012, p38).

Ensuite, le lieu d’immatriculation ne renseigne pas nécessairement sur la flotte circulant sur un territoire. Dans le cas de la Région bruxelloise, de nombreux navetteurs non bruxellois (avec un véhicule pouvant être immatriculé dans d’autres régions) circulent également sur les routes.

De plus, les incertitudes sur le parc de deux-roues de type cyclomoteur sont élevées étant donné que ces véhicules ne doivent être immatriculés que depuis 2014.

Bibliography

Bruxelles Environnement, Bruxelles Mobilité, Bruxelles Fiscalité et Bruxelles Prévention & Sécurité. La Zone de basses émissions de Bruxelles : pour la santé de tous les habitants [en ligne].. Le Gouvernement de la Région de Bruxelles-Capitale, 2018. ISBN:
Bruxelles Mobilité. Plan de mobilité Région de Bruxelles-Capitale. Bruxelles Mobilité, 2011. ISBN: